A une jeune fille

"Oh ! ne vous hâtez point de mûrir vos pensées !
Jouissez du matin, jouissez du printemps ;
Vos heures sont des fleurs l'une à l'autre enlacées ;
Ne les effeuillez pas plus vite que le temps.

Laissez venir les ans ! Le destin vous dévoue,
Comme nous, aux regrets, à la fausse amitié,
A ces maux sans espoir que l'orgueil désavoue,
A ces plaisirs qui font pitié.

Riez pourtant ! du sort ignorez la puissance
Riez ! n'attristez pas votre front gracieux,
Votre oeil d'azur, miroir de paix et d'innocence,
Qui révèle votre âme et réfléchit les cieux !" 

Victor Hugo

nikit@

Nikit@ a choisi ce poême pour son Instant T. #110#

Pour l'illustrer,

Voici la photo de ma jeune fille...

S7309616

Et oui ! je dois me faire une raison...

ma petite fille me l'a rappelé hier...

"Je ne suis plus une enfant... 
Je suis une pré adolescente..."

Comme on dit chez nous :
"les enfants poussent et ils nous poussent" !